tranche

tranche

tranche [ trɑ̃ʃ ] n. f.
• 1213; de trancher
Ce qui est coupé, tranché. ASens propre
1Morceau assez mince, coupé sur toute la largeur d'une chose comestible. Tranche de pain. tartine, toast. Tranche de viande, de bœuf ( bifteck) , de veau ( escalope) . « Félicité retirait de son cabas des tranches de viande froide » (Flaubert). Tranche de pâté, de jambon. Tranche de saucisson. rondelle. Tranche de poisson, de colin. darne. Tranche d'ananas, de pastèque. quartier. Distribuer à chacun une tranche de gâteau. 1. part, portion. Tranche épaisse, fine. Couper en tranches très minces ( émincer) . Cake vendu en tranches ( prétranché) .
Tranche napolitaine : glace à plusieurs parfums ayant la forme d'une tranche (de gâteau).
2(1680) Bouch. Partie moyenne de la cuisse de bœuf, au-dessus du gîte. Bifteck dans la tranche. Tranche grasse, située en avant de la cuisse.
3(XVe) Partie des feuillets d'un livre qui est rognée, « tranchée », pour présenter une surface unie. Tranche supérieure (ou tête), latérale, inférieure. Le dos et la tranche. Livre doré sur tranches.
4(1690) Tour d'une pièce de monnaie. Faire rouler une pièce sur la tranche.
5Bord mince, de faible épaisseur. Des tables « portant sur la tranche de nombreuses morsures de canif » (Romains). bord, côté. Tranche d'un ski ( carre) .
6(1845) Terre que la charrue soulève en traçant le sillon, en « tranchant » la terre ( ados).
7Représentation graphique, dessin de la partie d'un objet comprise entre deux plans parallèles rapprochés. 2. coupe.
BAbstrait
1(1771) Arithm. Séries de chiffres. On divise habituellement les nombres en tranches de trois chiffres de droite à gauche (4 000 000).
2(1871) Partie séparée arbitrairement (dans le temps) d'une opération de longue haleine. Tranches d'émission d'une loterie. « J'ai reçu, ce matin même, une première tranche, la moitié. Le reste viendra ces jours-ci » (Duhamel).
« la pensée réclame de larges tranches de temps » (Rimbaud) . Tranche horaire. 2. plage. Une tranche de vie : une scène, un récit réaliste. « des nouvelles racontées à la première personne, tranches de vie souvent saignantes et sordides » (Tournier). Loc. fam. S'en payer une tranche (de bon temps) :s'amuser beaucoup.
Tranche d'âge : âge compris entre deux limites. Population répartie par tranches d'âge. classe.
3Partie séparée arbitrairement (d'un objet, d'un concept). Tranches de livraison d'une fourniture. Tranches d'imposition du revenu. Sauter une tranche.

tranche nom féminin (de trancher) Morceau d'une matière comestible, coupé assez mince, dans le sens de la largeur, avec un instrument tranchant : Une tranche de jambon. Bord mince d'un objet de faible épaisseur : La tranche d'une planche. Chacune des parties successives d'une opération de longue durée : La première tranche d'un programme de constructions. Chacune des durées, des plages de temps successives dans un ensemble donné : Répartir les enfants par tranches d'âges. Chacune des parties successives d'une émission financière, d'une loterie. Boucherie Synonyme de tende-de-tranche. Carrières Ligne de saignée dans un banc de pierre. Bloc mince de pierre ou de marbre. Chemin de fer Groupe de voitures ou de wagons entrant dans la composition d'un train et ayant la même destination. Droit Chacune des différentes strates du revenu des personnes physiques, soumises à des taux d'imposition différents, sur la base de la progressivité (tranches de 5 à 65 %). Électricité Unité de production d'énergie électrique. (Une centrale est constituée d'une ou de plusieurs tranches.) Mathématiques Ensemble de chiffres consécutifs dans l'écriture d'un nombre. Météorologie Couche d'eau liquide précipitée sur le sol dont on mesure l'épaisseur à l'aide d'un pluviomètre. Mines Portion de gisement constituant une unité d'exploitation intermédiaire entre la volée et le panneau. Monnaies Surface que présente, sur son pourtour, l'épaisseur d'une pièce de monnaie. Outillage Outil de tailleur de pierre, de forgeron, de serrurier, présentant une arête tranchante en forme de coin et parallèle au manche. Reliure Chacune des trois surfaces visibles correspondant à l'épaisseur des cahiers d'un livre, entre les plats. Télécommunications Subdivision d'un programme de radio ou de télévision. ● tranche (difficultés) nom féminin (de trancher) Orthographe 1. On écrit un livre doré sur tranche (= sur la tranche, sur l'ensemble des bords rognés du livre) plutôt que doré sur tranches (= sur chacun de ces trois bords). 2. On écrit couper en tranches, répartir par tranches d'âge. ● tranche (expressions) nom féminin (de trancher) Familier. S'en payer une tranche, s'amuser beaucoup. Tranche de vie, description réaliste de la vie quotidienne à un moment donné. Tranche grasse, morceau de boucherie formé par les muscles cruraux antérieurs, débité en grillades ou rôtis. ● tranche (synonymes) nom féminin (de trancher)
Synonymes :
- Boucherie. tende-de-tranche

tranche
n. f.
d1./d Morceau plus ou moins mince coupé sur toute la largeur d'une masse, d'un bloc. Tranche d'ananas, de pain. Syn. (Acadie) taille.
d2./d (Abstrait) Fraction d'un tout. Tranches d'un programme. Tranche de temps, de vie.
ARITH Série de chiffres constitutive d'un nombre.
FIN Ensemble des revenus imposés au même taux. Tranches inférieures et supérieures.
d3./d Bord, côté mince d'un objet. Tranche d'une pièce de monnaie.
Chacun des trois côtés rognés d'un livre. Livre doré sur tranche(s).
Fig. Doré sur tranche(s): très riche.
d4./d En boucherie, parties supérieures et moyennes de la cuisse du boeuf.

I.
⇒TRANCHE1, subst. fém.
A. — 1. Morceau, d'épaisseur variable, prélevé avec un instrument tranchant, à la surface ou dans l'épaisseur d'une matière comestible. Tranche de jambon, de saucisson, de veau; tranche de melon; tranche de pain; cake vendu en tranches; tranche épaisse, mince; couper en tranches fines. Des restes de bœuf bouilli achetés chez un rôtisseur (...) et fricassés au beurre avec des oignons coupés en tranches minces (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p. 49). Un gâteau au chocolat, épais de cinq doigts, contenant des tranches d'ananas et des mangues écrasées (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 197).
ART CULIN. Tranche napolitaine. V. napolitain B 1 a.
2. P. ext.
a) Morceau coupé dans un corps dur selon deux surfaces planes parallèles. Tranche de pierre. La fameuse table de marbre, si longue, si large et si épaisse que jamais on ne vit (...) pareille tranche de marbre au monde (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 18). Pour étudier les cellules des organismes supérieurs, on débite les organes du corps en tranches suffisamment minces pour être translucides, et, après avoir traité ces « coupes » (...), on les examine sous le microscope (J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p. 18).
b) Surface que présente un objet, une chose, coupé(e) dans le sens de l'épaisseur. Tranche d'un rondin; tranche d'une planche, d'une table. J'ai découpé et enlevé un jour, au centre d'un rayon, à un endroit où il y avait à la fois du couvain et des cellules pleines de miel, un disque de la grandeur d'une pièce de cent sous. Coupant ensuite le disque par le milieu de sa tranche ou de l'épaisseur de sa circonférence (MAETERL., Vie abeilles, 1901, p. 143). En râtelant on trouvait des pommes entamées par la faux, montrant leur tranche couleur de feuille morte (POURRAT, Gaspard, 1931, p. 263).
c) Section de certains objets, de certaines choses. Si l'ombre n'est pas épaisse ni l'obscurité profonde sous ces dômes de verdure, cela tient à ce que les arbres présentent une anomalie curieuse dans la disposition de leurs feuilles. Aucune n'offre sa face au soleil, mais bien sa tranche acérée (VERNE, Enf. cap. Grant, 1868, p. 159). Et ne gâtez pas cette feuille de papier à tranche dorée, s'il vous plaît, la dernière qui me reste (CLAUDEL, Pain dur, 1918, III, 1, p. 457).
d) Partie, portion d'une chose qui est plus large que haute. Façade peinte par tranches horizontales. Louis le Débonnaire (...) [avait] déjà laissé reprendre aux sarrasins leur part, c'est-à-dire toute la tranche de l'Espagne comprise entre l'Èbre et le Llobregat (HUGO, Rhin, 1842, p. 123). La maison était mon domaine. Quand je dis la maison, j'entends une partie de la tranche de bâtisse formée par le quatrième étage (DUHAMEL, Jard. bêtes sauv., 1934, p. 56).
3. Spécialement
a) AGRIC. Terre que la charrue soulève et qu'elle déverse sur le côté en traçant le sillon (d'apr. FÉN. 1970).
b) ARTILL. Section perpendiculaire à l'axe d'une bouche à feu et qui termine la volée (d'apr. LITTRÉ). Tranche de la bouche d'un canon (ROB. 1985).
c) BOUCH. Partie moyenne de la cuisse située au-dessus du gîte. Tranche grasse. Morceau de bœuf situé en avant de la cuisse et formé par les muscles cruraux antérieurs. La tranche grasse fournit aussi des morceaux à brochettes ou à fondue bourguignonne, ainsi que de la viande hachée (COURTINE Gastr. 1984). Tende(-)de(-)tranche. Morceau de bœuf constitué par le muscle de la partie interne de la cuisse. On traite aussi le tende-de-tranche en rôti, sous le nom de rosbif (COURTINE Gastr. 1984).
d) ÉLECTRON. Plaque de très faible épaisseur d'un monocristal sur laquelle sont réalisés des semiconducteurs (transistors, circuits intégrés, etc.) (d'apr. Industries 1986).
e) MÉTÉOR. Tranche (de précipitation). Couche d'eau liquide précipitée en un point du sol et mesurée au pluviomètre. (Dict. XXe s.).
f) MINES ET CARR. Portion de gisement constituant une unité d'exploitation. Tranches montantes, descendantes. Après l'exploitation d'une tranche, une sole artificielle est laissée pour servir de couronne à la tranche suivante (Industries 1986).
g) RELIURE. Surface unie qu'offre l'ensemble des feuillets d'un livre relié lorsqu'ils ont été rognés. Tranche de tête (partie supérieure); tranche de pied ou de queue (partie inférieure); tranche de côté ou tranche de gouttière (partie opposée au dos); tranche cramoisie, jaspée, marbrée; livre doré sur tranche (sur la tranche de tête). Barbet regarda les livres en en examinant les tranches et les couvertures avec soin (BALZAC, Illus. perdues, 1839, p. 282):
Guillaume Apollinaire (...) attrapait un bouquin comme un prestidigitateur, faisait courir la tranche entre le pouce et l'index comme un Grec un jeu de cartes biseautées, ne le feuilletait pas, le posait à plat devant soi...
CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 392.
Au fig., fam., vieilli. [En parlant d'une pers.] Doré sur tranche. Très riche. Et puis, il y a la célèbre mystification par la continuité révolutionnaire. Comme chacun sait, les maréchaux dorés sur tranche sont les héritiers légitimes des compagnons de Lénine aux vestes de cuir (MALRAUX, Conquér., 1949, postf., p. 173).
h) Surface que présente l'épaisseur du flan d'une pièce de monnaie sur tout son pourtour. Tranche cannelée, striée; inscription en creux, en relief sur la tranche d'une pièce. Le Dieu protège la France inscrit sur la tranche de nos défuntes pièces de cinq francs (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 356).
B. — Au fig. Partie d'un ensemble.
1. a) Chacune des phases successives d'une opération de longue haleine. Deuxième tranche de travaux; tranche d'un programme d'études; tranches de livraison de fournitures. C'était la nuit que Saint-Avit aimait à me conter par le menu sa prestigieuse histoire. Il me la débitait en petites tranches, rigoureuses et chronologiques (BENOIT, Atlant., 1919, p. 222). Hier, il pensait que quatre années à vivre, c'était le temps d'achever au moins la tranche de travail où il est engagé actuellement (MONTHERL., Lépreuses, 1939, p. 1483).
b) Durée, plage de temps comprise entre des limites données. Enfants répartis par tranches d'âges; tranche horaire d'un programme de radio. Cette journée était pour lui une journée essentielle, une charnière; la porte retombait sur toute une tranche pénible de sa vie, s'ouvrait sur un avenir prestigieux (DRUON, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 55). Nous avons retenu l'habitude, du temps où nous ignorions la paléontologie humaine, d'isoler dans une tranche spéciale les quelque six mille ans pour lesquels nous possédons des documents écrits ou datés (TEILHARD DE CH., Phénom. hum., 1955, p. 229).
c) Partie d'une collectivité. Première tranche d'un contingent de soldats; candidats convoqués par tranches successives. La tranche principale de la population de l'île [la Sicile] est elle circonscrite entre 300 et 800 mètres (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 87). La construction (...) d'une équipe organique et dogmatique, d'une tranche compacte de public, par M. Maurras, représente une œuvre de journalisme réel bien supérieure à un article isolé (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 221).
d) Partie d'une émission financière, d'une loterie. Tranche de Pâques de la loterie nationale; crédits débloqués par tranches. Nous devions, comme vous le savez, toucher cet argent à la fin de l'année dernière (...). J'ai reçu, ce matin même, une première tranche, la moitié (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p. 12). Le roi de Jérusalem comprit en effet que son entreprise était manquée. Il chercha seulement à se faire acheter sa retraite au prix d'une bonne indemnité de guerre. Dès le versement de la première tranche, il évacua le pays et rentra en Palestine (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 202).
2. Spécialement
a) CH. DE FER. ,,Sous-ensemble d'un train, composé d'une ou de plusieurs voitures ayant une même destination`` (Tourisme Loisirs 1982).
b) DR. FISCAL. ,,Chacune des différentes strates du revenu des personnes physiques, soumises à des taux d'imposition différents, sur la base de la progressivité`` (GDEL). Les praticiens d'études de marché stratifient la population de préférence par tranches de revenu (Univers écon. et soc., 1960, p. 52-4).
c) MATH. Série de chiffres consécutifs dans l'écriture d'un nombre. Tranches de trois chiffres séparées par des points ou par des blancs. S'il se présente des points et des virgules séparant les tranches de chiffres et les décimales et qu'ils ne soient pas fondus sur demi-cadratin (...) on sera forcé de prendre une justification en conséquence (É. LECLERC, Nouv. manuel typogr., 1897, p. 396). Il est pratique de séparer les nombres binaires en tranches de 3 chiffres à partir de la droite (BERKELEY, Cerveaux géants, 1957, p. 247).
3. Locutions
a) Une tranche de. Une certaine part de. S'offrir une tranche de pittoresque. Le soir, tam-tam, d'abord très distant, puis dont les sons se rapprochent. Après une bonne tranche des affinités et ma leçon de lecture à Adoum, nous nous y rendons (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 787). Nous avons insisté exceptionnellement sur ce tableau d'une psychose parce qu'il éclaire dans ses moindres structures une large tranche de faits psychologiques situés dans la sphère du normal ou sur ses abords immédiats (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 363).
b) Pop. S'en payer une (bonne) tranche. V. payer I A 3 b.
c) [P. allus. littér. aux scènes réalistes du Théâtre libre d'Antoine] Tranche de vie. Œuvre de fiction d'un réalisme strict, s'en tenant à une reproduction fidèle de la réalité quotidienne. Un monsieur, auteur dramatique du pays, nous dit que c'était une belle tranche de vie, qu'il connaissait ça, que c'était du bon théâtre libre, mais que ça ne prendrait pas (RENARD, Journal, 1895, p. 259). [Il] faudrait (...) sauver l'expression de tranche de vie, compromise par le pauvre usage qu'en firent les naturalistes français, et montrer que cette indicible sensation vitale donnée par Tchekhov réside dans le très lent écoulement étale de la vie elle-même (DU BOS, Journal, 1924, p. 127).
C. — 1. Ce qui tranche ou marque une coupure.
a) AGRIC. Pioche, houe à large côté aéré (d'apr. FÉN. 1970). Dans un bois, espace séparant les coupes (d'apr. FÉN. 1970). Dans toute l'Europe occidentale et centrale, la forêt est de toutes parts limitée par d'énormes bandes, tranches ou îlots de déboisements (BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p. 50).
b) FOND. Instrument utilisé par les fondeurs pour tailler et réparer les moules en sable. (Dict. XIXe et XXe s.).
c) INDUSTR. DES MÉTAUX. Ciseau emmanché utilisé pour sectionner ou entailler les barres métalliques. Tranche à chaud, à froid. (Dict. XIXe s.).
d) INDUSTR. DU BOIS. Synon. de trancheuse (v. trancheur B 2). V. trancheur ex. de Campredon.
2. CARR. Entaille étroite et profonde, pratiquée dans la masse des pierres à extraire, pour délimiter les blocs que l'on veut en tirer (d'apr. NOËL 1968).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. tranche2. Étymol. et Hist. I. A. Sens concr. 1. 1213 « partie, subdivision d'un tout » (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 490, 3: chascune de ces ongles fu forchiee [d'un cheval] et devisee en .V. trenches); 2. a) 1394 « mince morceau prélevé avec un instrument tranchant » (Bibl. nat. ms. 5190 [anc. cote], fol. 110 r° ds DU CANGE, s.v. trenchia); 1507, sept. une trenque de fromage (Coutume de Ficheux, I, 8 ds Nouv. Coutumier gén., t. 1, éd. Bourdot de Richebourg, p. 423); b) 1680 tranche de bœuf (RICH.); 1690 tranches maigres; grasses; à l'os (FUR.); c) 1694 « corps dur, peu épais, ayant 2 surfaces planes parallèles » tranche de marbre (CORNEILLE); 3. a) 1455 [livre] doré sur tranche (ds DE LABORDE, Notice des émaux [...] Louvre, Paris, 1853, p. 520); b) 1690 « circonférence d'une monnaie » (FR. LE BLANC, Traité hist. des monnaies d'apr. Trév. 1752); c) 1749 « bord mince d'un objet » (BUFFON, Théor. terre, Œuvres, t. 9, p. 195 ds LITTRÉ: l'anneau [de Saturne] ne nous présente [...] que sa tranche). B. Sens abstr. 1. a) XIIIe s. a trenche « en ligne, en file » (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier de la charrette, éd. W. Foerster, 2728, var. ms. T: estoient trestuit a trenche Venu); 1285 [ms.] a trence « l'un après l'autre, d'affilée » (Comput, ms. Bibl. nat. fr. 412, vers 19 ds B. Soc. anc. textes t. 9, 1883, p. 80: Dis jors entierins a trence); b) 1288 tout a tranche « l'un après l'autre, systématiquement » (doc. Arch. Indre-et-Loire ds GDF.); 2. a) 1306 a droites tranches « par parties successives » (GUILLAUME GUIART, Royaux lignages, éd. N. de Wailly et L. Delisle, Prol., 469: par ordre ramènerai L'un après l'autre, a droites tranches, Tous les faiz des guerres flamanches); b) 1771 « série de chiffres » tranche des unités; des mille (Trév.); c) 1871, août larges tranches de temps (RIMBAUD, Lettre à Paul Demeny ds Œuvres, Paris, éd. A. Adam, 1972, p. 259); d) 1880 fam. s'en promettre une rude tranche (V. RICHARD, Lettre à Vallès, 5 mai, p. 340 ds QUEM. DDL t. 6, s.v. flapasse). II. a) 1416 « espèce de couteau » (Arch. nat. JJ 96, pièce 148 ds DU CANGE, s.v. tranchetus); b) id. « espèce de bêche » trenque (doc. Arch. Mons ds GDF.). Déverbal de trancher. Bbg. QUEM. DDL t. 5, 36, 39, 40.
II.
⇒TRANCHE2, subst. fém.
Argot
A. — Tête. Synon. bouille4 (pop.), tronche (v. ce mot B). Faire une drôle de tranche. La viocque la loqua [Cendrillon] comme une Reine, de la tranche aux panards (STOLLÉ, Contes, Cendrillon, 1947, p. 1).
B. — Imbécile. Quelle tranche, ce mec! Il se débat la pauvre tranche... Il trouve moyen de se remettre à genoux... Il pleurniche... Il nous implore (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 529). Si parmi les voyous il y a une bande de tranches, il y a aussi une élite de types extraordinaires d'intelligence et d'esprit (TRIGNOL, Pantruche, 1946, p. 82).
C. — Loc. En tranche. En tête (d'une file). Descendre en tranche. Tony siffla du côté d'une file de taxis. Le bahut, qui était en tranche (...) vint s'aligner (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 46).
Prononc.:[]. Homon. tranche1. Étymol. et Hist. I. a) 1878 arg. de soldats « tête » (RIGAUD, Dict. jargon paris., p. 316); b) 1935 arg. taxi « tête de station » (SIMONIN, J. BAZIN, Voilà taxi! p. 222). II. 1928 tranche de céleri « niais » (LACASSAGNE, DEVAUX, Arg. « milieu », p. 263). I altér. de tronche. II issu p. métaph. de tranche1.
STAT. Tranche1 et 2. Fréq. abs. littér.:535. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 383, b) 809; XXe s.: a) 954, b) 935.

1. tranche [tʀɑ̃ʃ] n. f.
ÉTYM. 1213, nombreux sens en anc. franç.; trenche « action de trancher, de couper; coupure; tranchée, conduit… », v. 1175; dér. de trancher.
———
I Ce qui est coupé, tranché.
A (Concret).
1 (1288). Morceau coupé assez mince, sur toute la largeur d'une chose comestible. || Distribuer à chacun une tranche de gâteau. Part, partie, portion, quartier. || Tranches de pain. Tartine; biscotte, sandwich, toast (→ Bouillir, cit. 1; bouillon, cit. 8; soupe, cit. 1). || Tranche de viande (→ Cabas, cit. 2; pavé, cit. 8), de bœuf ( Bifteck), de veau ( Escalope), de lard ( 3. Barde), de foie (cit. 2) gras, de pâté (cit. 5). || Tranche de jambon. || Donnez-moi quatre tranches de (jambon de) Bayonne, de Parme. || Tranche de galantine, de saucisson. Rond, rondelle, rouelle; → Hors-d'œuvre, cit. 5. || Tranche de poisson, de colin. Darne. || Tranche de fruit, de citron ( Tailladin), de melon ( Côte, I., 2.).Tranche épaisse, mince, fine ( 1. Lèche). || Couper en tranches très minces, en lamelles ( Émincer). || Cake vendu en tranches.
Tranche napolitaine : glace ayant la forme d'une tranche (parallélépipède plat).
2 (1694). Vieilli. Morceau coupé net, tranché selon deux plans parallèles ( Coupe). || Couper le marbre par tranches (→ Ciseau, cit. 3).Spécialt. || Tranche de marbre : plaque servant à la décoration.
3 (1680). Techn. (boucherie). Partie moyenne de la cuisse de bœuf, au-dessus du gîte. || Bifteck dans la tranche (on dit aussi tende — altér. de tendre — de tranche). || Tranche grasse, située en avant de la cuisse.REM. Quasi est en principe synonyme, mais se dit plutôt du veau.
4 (XVe). Partie des feuillets d'un livre qui est rognée, « tranchée », pour présenter une surface unie (→ 1. Livre, cit. 9). || La tranche supérieure (ou tête), latérale, inférieure. || Tranche marbrée, dorée. || Livre doré sur tranches (→ 1. Maroufle, cit.). — ☑ (1809). Fig. et fam. Un garçon doré sur tranche(s), très riche.REM. Tranche se dit aussi des bords extérieurs d'un livre non rogné, mais il s'agit alors du sens 6.
5 (1690, Le Blanc, in Encyclopédie). Tour d'une pièce de monnaie. || Faire rouler une pièce sur sa tranche.
1 Ce terme de monnaie signifie la circonférence des espèces, autour de laquelle on imprime une légende ou un cordonnet, pour empêcher que les faux-monnayeurs ne les puissent rogner… François le Blanc, dans son traité des monnaies de France, dit qu'il faut espérer qu'un jour on protégera la nouvelle invention qui marque les monnaies sur la tranche, en même temps que la tête (face) et la pile.
Encyclopédie (Jaucourt), art. Tranche (1765).
6 Bord mince, de faible épaisseur. || La tranche d'une planche, d'une table (→ Morsure, cit. 5). Côté.
Section plane de certains objets.(1872). Artill. || Tranche de la bouche d'un canon, tranche de culasse : sections perpendiculaires à l'axe de la bouche à feu.
7 (1845). Agric. Terre que la charrue soulève en traçant le sillon (en « tranchant » la terre). Ados.
8 Météor. Couche d'eau tombée en un point (mesurée au pluviomètre).Syn. : lame.
9 Représentation graphique, dessin de la partie d'un objet comprise entre deux plans parallèles rapprochés. Coupe.
B (Abstrait).
1 (1771). Sc. Série de chiffres. || On divise habituellement les nombres en tranches de trois chiffres séparées (en France) par des points (ex. : 3.000.000) et, depuis les conventions scientifiques récentes, par des blancs (ex. : 3 000 000).
2 (1871). Partie séparée arbitrairement (dans le temps) d'une opération de longue haleine. || Tranches d'émission d'une loterie. || Une deuxième tranche du programme (→ 1. Ressortir, cit. 6).
2 150.000 actions de 500 francs, émises au pair… Versement en deux tranches, à six mois d'intervalle, à la rigueur.
J. Romains, Donogoo, I, I.
3 Grâce à la diligence de messieurs les hommes d'affaires, nous n'aurons attendu qu'un an après la date légale. J'ai reçu, ce matin même, une première tranche, la moitié. Le reste viendra ces jours-ci.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, III, I.
Par métaphore (du sens propre). || Tranche de temps. — ☑ Allus. littér. Une tranche de vie : une scène réaliste (dans le goût du théâtre libre d'Antoine).
4 Je vous ai prié d'indiquer des occupations peu absorbantes, parce que la pensée réclame de larges tranches de temps.
Rimbaud, Correspondance, 1871, XVI.
5 Ce n'est donc qu'une tranche de la vie que nous pouvons mettre en scène.
Jean Jullien, le Théâtre vivant, Théorie, p. 13 (1892).
6 La sombre rosserie — alors à la mode — des découpeurs de tranches de vie façon Théâtre Libre, doit paraître à Daudet d'une extrême puérilité (…)
Francis Jourdain, Né en 76, p. 97.
Loc. fam. S'en payer une tranche (de bon temps) : s'amuser beaucoup.
3 Partie séparée arbitrairement (d'un objet, d'un concept). || La première tranche d'un contingent de soldats. || Des tranches de livraison d'une fourniture. || Tranches d'imposition du revenu. || Crédits débloqués par tranches.
———
II (1416, in Godefroy). Ce qui sert à trancher.
1 (XVe). Agric. Bêche, pioche.Houe.
2 (1723). Techn. Ciseau (à chaud ou à froid). Tranchet.
3 (1723). Instrument avec lequel on taille les moules de fonderie en sable.
4 (1877). Ligne séparant les exploitations d'une coupe forestière.
DÉR. Tranchette.
————————
2. tranche [tʀɑ̃ʃ] n. f.
ÉTYM. 1878; altér. de tronche, au sens de « tête ».
Argot.
1 Tête. || « Je lui mets une paire de mornifles sur la tranche » (San Antonio, in Cellard-Rey).
2 (V. 1920, pour tranche [tête] de gail [cheval], de melon, etc., avec calembour sur 1. tranche). Imbécile. || Quelle tranche, ce mec !(En fonction d'adj.). || Ce qu'il (elle) est tranche !
3 Loc. En tranche : en tête (dans une file).

Encyclopédie Universelle. 2012.


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»